États-Unis : Rick Santorum, une cause pour militantisme athée.

Par Colby Hess

C’est un caprice bien connu de la nature humaine à savoir que lorsque les choses vont bien dans la vie, on essaie de trouver quelqu’un à remercier. Quand les choses vont mal, on tente de trouver quelqu’un à blâmer. Et s’il n’y a personne à remercier ou à blâmer, alors on en invente une. Des récoltes abondantes cette année? – Merci mon Dieu. Des enfants en santé? – Dieu. Vous gagnez à la loterie? Survivez à un écrasement d’avion? Marquez un essai au football? – Dieu.

Quand il s’agit de malheurs, par contre, les gens sont plus réticents à pointer le doigt vers le créateur tout puissant et maître de l’univers. Vous êtes frappé par la foudre? – « C’est de la malchance, mon ami. » Tué dans un écrasement d’avion? – « Son heure devait être arrivée. » Diagnostique : un cancer terminal? « Les voies de Dieu sont impénétrables. »

Parfois, quelque chose arrive de si manifestement mauvais, allant si clairement l’encontre de tout ce qui est bon et qui nous importe en tant qu’humains, qu’il devient nécessaire de trouver un bouc émissaire. Et quel meilleur bouc émissaire que le Mal incarné, le corrupteur de l’innocence et de la vertu, le « Père du mensonge » lui-même : Satan. Il est à moitié bouc après tout, non?

Quiconque rationnel et libre penseur, connaissant l’histoire et familier de la mythologie, ou qui même apprécie la poésie, peut vous expliquer, qu’à l’occasion, les humains trouvent plus simple de discuter des processus naturels ou abstraits après s’y être projetés. Nous les colorons de pensées, d’émotions, de comportements humains, qui nous les rendent plus faciles à comprendre. Selon le contexte et comment on s’y prend, cela s’appelle « personnification », « allégorie », ou « anthropomorphisme », et nous les utilisons constamment. C’est ce qui rend des films comme Trouver Nemo ou Ratatouille engageants, au lieu de fables hors propos sur des créatures marines à sang-froid ou sur de la vermine propagatrice de maladies. C’est la raison pour laquelle nous avons une statue géante de Dame Liberté qui veille sur le port de New York, et de Dame Justice qui orne la Cour Suprême. C’est aussi la raison pour laquelle, à l’âge des satellites, d’Internet et du décodage du génome humain, il se trouve toujours des gens pour parler d’un type avec des cornes et une très mauvaise attitude, responsable de tout ce qui ne va pas dans le monde.

Le numéro de cirque que sont actuellement les primaires républicaines est une excellente étude de cas en personnification, car le maître de cérémonie du moment est l’incarnation même de tout ce que les athées détestent de la religion. Rick Santorum est si ignorant, bigot et hypocrite, si autoritaire, théocrate et à courte-vue, si peu en contact avec les faits et la réalité en général, que, s’il n’existait pas, il serait nécessaire de l’inventer afin qu’il serve de figure emblématique de tout ce qui ne va pas avec la religion, en particulier quand elle se mélange à la politique.

Rick Santorum déteste à peu près toutes les avancées sociales faites depuis le Moyen Âge; en gros, tout ce à quoi nous faisons référence en tant que « progrès ». Il déteste la sécularisation grandissante de la société et l’implémentation de lois basées sur des valeurs comme l’égalité, l’équité, la justice et la raison, au lieu de la déférence aveugle à une autorité imaginaire. Il déteste l’autonomisation des femmes et qu’elles aient le contrôle sur leur propre corps au lieu d’être d’humbles et obéissantes machines à faire des bébés. Il déteste même la Terre elle-même, qu’il voit comme une sorte d’État vassal, tout juste bon à piller à souhait.

Il serait facile de faire passer les positions politiques fanatiques de Rick Santorum comme étant simplement celles d’un trou du cul excentrique, mais ce serait trompeur, car ses idées proviennent d’une source beaucoup plus vieille et respectée que n’importe quel sénateur fini de Pennsylvanie ne pourrait rêver de lui-même; ses idées viennent directement de la Bible. Regardons de plus près quelques-uns des passages pertinents les plus flagrants. Prenez note que ces passages ne peuvent être écartés comme de simples restes des barbarismes hérités de l’Ancien Testament, car beaucoup d’entre eux proviennent directement du Nouveau Testament. Voyez par exemple où il prend ses idées à propos des femmes :

Que la femme reçoive l’instruction dans un esprit de paix et de parfaite soumission. Je ne permets pas à une femme d’enseigner en prenant autorité sur l’homme. Qu’elle garde plutôt une attitude paisible. En effet, Adam fut créé le premier, Eve ensuite. Ce n’est pas Adam qui a été détourné de la vérité, c’est la femme, et elle a désobéi au commandement de Dieu, mais elle sera sauvée grâce à sa descendance. Quant aux femmes, elles seront sauvées si elles persévèrent dans la foi, dans l’amour, et dans une vie sainte en gardant en tout le sens de la mesure. 1Timothée 2:10-15

Et voici les bases de ses politiques environnementales et de planification familiale :

Dieu créa les hommes pour qu’ils soient son image, oui, il les créa pour qu’ils soient l’image de Dieu. Il les créa homme et femme. Dieu les bénit en disant: Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, rendez-vous en maîtres, et dominez les poissons des mers, les oiseaux du ciel et tous les reptiles et les insectes. Genèse 1:27-28

Et voici où il prend ses idées sur l’éducation:

Mets ta confiance en l’Eternel de tout ton coeur, et ne te repose pas sur ta propre intelligence.  – Proverbes 3:5

N’est-il pas écrit: Je détruirai la sagesse des sages et je réduirai à néant l’intelligence des intelligents? – 1Corinthiens 1:19

Car ce qui passe pour sagesse dans ce monde est folie aux yeux de Dieu. Il est écrit en effet: Il prend les sages à leur propre piège. – 1Corinthiens 3:19

Car, plus on a de sagesse, plus on a de sujets d’affliction. En augmentant sa connaissance, on augmente ses tourments. – Ecclésiastes 1:18

Les Républicains adorent parler de la « liberté de religion » et c’est normal; celle-ci est clairement énoncée dans le premier amendement de la Constitution. Le problème est que, pour ceux à l’extrême droite qui la brandissent comme un sabre, elle s’applique seulement à leur propre religion. Ils sont tout à fait pour la prière dans les écoles, pourvu que ça veuille dire la prière chrétienne. Ils sont tout à fait pour la liberté de conscience, pourvu que ça veuille dire la liberté de refuser des soins médicaux à ceux qui ne sont d’accord avec eux. De plus, ils vivent dans un monde imaginaire en ce qui a trait aux Pères Fondateurs de notre nation et de leurs intentions quant au maintien d’un « mur de séparation entre l’église et l’État », pour avoir un gouvernement libre du contrôle de la religion, et limité dans son contrôle de la religion.

Pour des athées, des gens comme Rick Santorum rendent abondamment clair pourquoi la religion est un danger pour une société libre et pour notre survie en tant qu’espèce. Il ne sert à rien de tourner autour du pot en tentant d’identifier la racine du problème. Si vous voulez voir à quoi ressemble un gouvernement contrôlé par la religion, vous n’avez qu’à regarder l’Afghanistan, ou l’Iran, ou l’Arabie Saoudite, ou l’Europe entre l’effondrement de l’Empire romain et le Siècle des Lumières. Nous avons vu, nous y étions et ce n’est pas joli. Santorum dit qu’il veut bombarder l’Iran parce que :

C’est, c’est une théocratie. C’est une théocratie qui a des croyances profondément ancrées que, que la vie après la mort est meilleure que cette vie-ci. Alors quand votre vertu principale est de mourir pour votre… pour Allah, alors la menace nucléaire n’est pas dissuasive s’ils veulent utiliser une arme atomique.

Regarde dans le miroir, Rick. N’est-ce pas la poêle qui se moque du chaudron?

Le problème avec la religion, c’est qu’elle ne se contente pas d’être une philosophie morale, elle essaie plutôt d’être une théorie absolue  de la réalité et, comme telle, fait la promotion d’une vision inflexible du monde qui va à l’encontre de la science et des normes d’une société civilisée. Que ce soit l’opposition à la recherche sur les cellules souches qui a le potentiel d’améliorer des millions de vies, ou l’opposition au mariage gay et la chance pour des gens de trouver le bonheur en exprimant leur vraie nature, la religion est l’obstacle numéro un pour le progrès humain. Tant qu’il n’y aura pas plus de monde pour l’admettre, nous continuerons de nous détester, de nous entre-tuer et de nous opprimer les uns les autres, à cause de dictats de quelques vieux livres poussiéreux pensés par des bergers illettrés avant l’invention du pain tranché. Nous pouvons faire mieux que cela. L’évolution nous a fourni des esprits incroyables, utilisons-les.

Publié sous le titre de Rick Santorum: A Case For Militant Atheism, le 12 mars 2012 sur le site de Addicting Info: http://www.addictinginfo.org/2012/03/12/rick-santorum-a-case-for-militant-atheism/

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s